Romeufontaine 2016 – 40km

GB6Guillaume a participé à la Romeufontaine, le dimanche 17 janvier. Voici son récit…

Cherchant à courir plus long et dans des conditions difficiles, la Romeufontaine à l’air toute trouvée. 15, 25 ou bien 40km, avec un peu d’Altitude, et peut-être même de la neige et du froid.

J’opte donc pour le 40km. Voilà un bon prétexte pour passer un bon WE avec sa chère et tendre.

Départ vendredi soir en sortant du bureau. La route nous offrira déjà un aperçu de la course du dimanche. Il neige fort sur la route du col, et quelques voitures non équipées auront droit de changer de pare-chocs prochainement. Après une bonne frayeur, malgré mes qualité de pilote sur neige ;-), nous décidons de chainer. Il fait déjà -10°C dehors et la voiture se transforme en sapin de noël avec les voyants d’anti-patinage, de Traction Control, d’alerte verglas et de perte de pression des pneus. Bref nous arrivons sur site plus tard que prévu, mais en bon état. Une sacrée aventure.

Samedi soir : retrait des dossards, je rajoute à mon programme un 5km à la tombée de la nuit pour tester le matos. Je croise beaucoup de coureurs qui se justifient: ‘’non, je ne cours pas le 5km de ce soir, parce que demain, moi, je cours le 40km’’. Ouah, je suis impressionné.

A fond dans ma course, j’en profite pour discuter avec les très sympathiques « Chocolat et Noisette » qui prendront le départ avec nous.

Départ du 5km de test à 17h30, le soleil se couche, le temps est beau. Nous parcourons tout type de terrain, neige dure, belle poudreuse, neige glacée. Les YakTrax prêtées par Olivier font leur effet : accroche impeccable pour plus de plaisir. C’est aussi l’occasion de prendre de belles photos et de sortir du single pour gouter la poudreuse, ouvrir les yeux, bref, profiter. Une bonne chauffe pour le lendemain.

Dimanche matin : Levé à 6h30, petit déjeuné et équipement complet.
Il fait -10 dans le village, et encore moins dans les sommets.

Petit échauffement dans la nuit, les cils des yeux se collent entre eux… excellent. J’ai des gants, un bonnet, un collant épais, plusieurs couches en haut, des chaufferettes dans les chaussures goretex, mais j’ai déjà froid. De toute façon nous allons courir, cela nous réchauffera, et en cas de coup dur (arrêt ou fort ralentissement) j’ai du change dans le sac à dos (gants, pantalon, goretex) réflexes de montagnards 😉

Le départ est donné, j’assure tout en douceur, je profite de la nuit. Il est prévu 15km de montée je crois, le parcours est beau, la neige est belle.

Le jour se lève et offre de nouveaux paysages, toujours dans la montée entre singles et pistes de ski de fond qui nous sont réservées. Je me rends compte que la dernière fois que j’ai bu dans mon Camel j’ai oublié d’évacuer l’eau du tuyau… il est donc transformé en bâton de glace. Il me faudra 5 bonnes minutes pour le récupérer. Cette fois je souffle pour évacuer l’eau du tuyau. Cela n’empêche pas l’embout de geler après 1 ou 2 minute à l’air libre, mais c’est plus facile à récupérer. Tous mes ravitos perso sont gelés (sauf les gels J), les barres de céréales croquent bien sous la dent : un petit gout de haute montagne.

A l’ombre il fait très froid, je me couvre le visage intégralement avec mon écharpes, au soleil je la descends, mais dès que je repasse à l’ombre j’essaie de la remonter. Malheureusement elle a congelé et s’est transformée en minerve de glaceJ.

Nous passons un premiers ‘’check point’’ aux alentours du km 11, un très ‘’sympathique’’ volontaire nous gratifie d’un ‘’c’est bien, mais vous avez fait le plus facile’’. Ce qui mettra un petit coup au moral à mes compagnons d’infortune qui finiront la côte en marchant.

Le premier ravito du 13ieme est excellent, en plein soleil, un peu abrité du vent. Je profite longuement et en quantité du bouillon et de la soupe, mais aussi des fromages et autres tranches de jambon… à croquer. Mais bon, à l’origine, ‘’on n’est pas venu ici pour sucer des glaçons’’, donc il faut bien repartir.

Arrivés au sommet, nous dominons une magnifique piste noire qu’il faut descendre, avec vu sur le lac des Bouillouses. Et dire qu’il faudra la remonter bientôt. Ici les chaines sont encore plus salvatrices, je suis frais (et froid) mais j’en garde sous le pied.

En bas ravito : quelqu’un a renversé son verre de coca sur la table et cela a figé les autres verres de coca à la table. Etonnant.

Après un courte remontée (mais intense et dans la poudreuse), nous atteignons les barrages des Bouillouses pour un nouveau ravito. Même programme que le précédent, mais ici les bouteilles d’eau ressemblent à de gros glaçons.

Puis nous continuons à descendre dans la vallée… la remontée n’en sera que plus longue.

Arrivés en fond de vallée, nouveau ravito… j’ai ma dose de vermicelles… cette fois ci, ce sera du thé, et des bananes, et des gâteaux, et … bref, j’en profite.

Il nous faut maintenant remonter. Les coureurs se sont transformés en marcheurs. Nous atteignons de nouveau le ravito du bas de la piste noire… on s’y éternise. Il faut dire que d’ici, la piste noire ressemble à un mur… et nous sommes au 29ieme km… c’est donc un vrai mur des 30iemes, et celui-là, qu’on ne me dise pas qu’il est dans la tête !

Aller à l‘attaque, ce n’est finalement qu’une petite rando, il faut donc viser la régularité. En haut de la piste, objectif atteint, mon GPS indique une vitesse régulière de 0.2km/h. Royal.

Aller, on se relance. Finalement il ne restera que 7km, en descente, avalés à la vitesse fulgurante de 9 ou 10 km/h, sous un soleil magnifique et un ciel bleu.

Arrivé au gymnase, nouveau ravito bien sûr ! J’arrive un peu plus tôt que prévu et rate donc ma compagne de quelques minutes. Malgré les litres de bouillon avalé sur la course, je suis un peu déshydraté, il faut donc boire de nouveau.

Coté classement je suis aux alentours des 170ieme et sur le papier cela va jusqu’à 177… serais-je donc dans les derniers ? Tant pis.

On ne va pas se démonter, nous nous dirigeons au repas des coureurs, une bonne tartiflette commerciale. Puis après 2h de sieste nous reprenons la route pour Toulouse… dans la joie des bouchons de WE ensoleillé, entre Ax-les-Thermes et Tarascon.

Bilan perso:

Du soleil, du ciel bleu, des ravitos, du froid, de la neige. Une superbe course pour un magnifique WE en Altitude.

Bilan perfo:

5km – 57ieme /271 (0:33:23) – premier en 0:23:40

40km – 177ieme /244 (5:41:57) – premier en 3:56:32

GBC

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s